Fascinant pouvoir onirique de l’image ! Au départ, une photo pareille à des dizaines d’autres, trouvée au hasard d’errances sur la Toile, somme toute assez banale dans sa composition, et pourtant, sans savoir pourquoi — comme une illumination ! — mon regard est soudain subjugué par la grâce de ces jambes posées à même le lit, pleines d’abandons !

Si fines, si sveltes, si tentatrices ! Si harmonieuses, si suggestives, si troublantes ! Tant de sensualité et tant d’élégance, concentrées dans ces membres exposés avec candeur.

Alors, ébloui par cette peau satinée, offerte à la convoitise et au désir, me voilà parti à rêver d’Elle, cette belle Inconnue, dépositaire d’une sauvage et sculpturale beauté, heureux de laisser à mon cœur et à mon imagination le soin de la séduire…

Philippe Parrot

Deux grains de beauté

Source : photo anonyme trouvée sur internet, point de départ du texte.

.

Poème 2 : Deux grains de beauté

 .

Au cœur d’un bel espace traversé de lumière ;

Dans une chambre spacieuse à la fenêtre ouverte,

Un soleil radieux s’invite, séducteur déloyal, très fier

De pénétrer dans la pièce inviolée, à ses rayons offerte.

.

Sur un matelas épais et confortable, rassurant comme un nid,

On croirait voir un creux, propice à des caresses, où se nicher dedans.

Deux draps remplis d’odeurs, de sueurs et de jasmin, sont posés sur le lit.

Malgré leurs taches de sang, ils exhortent à l’amour pour échapper au Temps.

Aux quatre coins de l’enchanteur endroit, à donner le vertige, nonchalamment jetés

Sur le parquet pour libérer la chair, par une âme mutine et d’insouciantes mains,

Traînent une robe légère, agrémentée de fleurs, aux deux bretelles dénouées,

Un soutien-gorge en soie, un string affriolant dont elle ignore le grain.

*      *      *      *

Nul ne peut l’observer, cette beauté, le visage sous une étole impudique.

Elle la couvre avec art, des cheveux jusqu’au ventre, en des plis sinueux,

Mais dégage son pubis et l’attache de ses cuisses, offertes et magnifiques.

Couchée sur le côté, elle paraît reposer, le corps à l’abandon, voluptueux.

 .

Une telle exhibition, le regard incrédule accroché à ses longs membres nus,

Enflammerait les sens torturés du mâle qu’elle hante, au sein de sa tanière

De vieux loup solitaire. De peur qu’il y plante ses crocs, elle frémit à sa vue,

Refusant d’entrouvrir à l’intrus l’univers chaleureux de ses joies familières.

*      *      *      *

Peu nombreux sont ses amants à avoir porté longuement un œil sur sa peau

Et découvert soudain le singulier aspect de deux grains de beauté. Ils ornent

Sa hanche gauche, à hauteur de ses fesses, si mignons et si proches qu’il faut

Vraiment l’aimer pour vouer à de pareilles marques une affection sans borne.

.

À quoi bon réfléchir ! À fixer ces jambes graciles, dans leur posture languide :

L’une provocatrice, la cuisse fuselée et le mollet galbé, couchée à même l’autre

Qu’à peine on ne devine, on dirait une indolente gazelle. Pourtant, elle se guide

À l’instinct. À tout instant prête à s’enfuir et, d’un bond, à partir, elle se vautre !

 .

Ainsi donc, cette femme mystérieuse, exposée de la sorte avec tant d’élégances

Et tant de naturel, offrirait-elle à la concupiscence que cette plastique de choix,

L’esprit à l’unisson de sa grâce assoupie ? Quelle fatale erreur ! Elle se balance,

Lascive, les sens aiguisés, ivre de s’adonner à des jeux infernaux, pleine d’émoi.

*      *      *      *

Quant à cet homme bien banal, incapable de comprendre pourquoi tu l’as choisi,

Parviendra-t-il un jour à noyer, dans d’ardentes étreintes, le feu de son vif désir ?

Dis-le lui, sans ça crie ! Faute de coller maintenant ses lèvres sur les tiennes, saisi,

Il attendra plus tard pour assouvir, plaqué contre tes seins, sa passion qui empire.

.

Oh, fougueuse maîtresse ! Tu te désoles que ta silhouette soit marquée par l’amour.

D’avoir engendré des vies, ton ventre et tes deux seins peuvent certes en témoigner.

Cependant, tes formes resteront à ses yeux à jamais admirables. Alors, quitte ta tour

Et mets une robe noire moulante pour qu’elle soit arrachée, d’un revers de poignée.

.

Là-bas, dans ton lointain royaume d’où tu le chasserais, pour défendre de pied ferme

Tes libertés de femme convoitée, à l’écart du monde belliqueux, hypocrite et si triste,

Rêve en paix, belle créature, car tu échappes à ses rets. Sa vie approche de son terme

Et il n’empiétera pas sur la tienne riche d’avenir. Car il sait qu’il faut l’être. Réaliste !

 .

fichier pdfP 2 – Deux grains de beauté

Poème écrit par Philippe Parrot

Le 02 janvier 2012

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

*      *      *      *

Pour lire mes autres poèmes en hommage aux femmes, veuillez cliquer sur les titres ci-dessous :

1/ Amours inavouables

2/ Prisonnier d’elle sans aile

3/ Dans les rets de la grâce

4/ Ô femme rouge-oranger

5/ Une si belle journée d’été

6/ Belle iroquoise

7/ Peaux d’âme

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Théâtre du Moment | Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | apprentie