Adolescents, avant de nous rendre au lycée en lui emboitant le pas loin derrière, j’attendais souvent qu’elle passe devant ma maison avec ses copines, caché derrière le rideau d’une des fenêtres de notre salle à manger qui donnait sur la Place. Fille d’un naturel enjoué, sans comprendre très distinctement ce qu’elle leur disait, je distinguais ses rires et ses éclats de voix, parfois même quelques bribes de ses phrases, ému de lui ravir une part d’elle-même sans qu’elle le sache, trop timide par lui avouer mes sentiments.

En fait, il fallut attendre quelques années plus tard pour se croiser et sortir enfin ensemble avant qu’elle ne décède dans un accident d’avion…

Voilà, là, une manière de lui rendre hommage à travers ce premier et inoubliable baiser, à dessein emprisonné dans un carré parfait…

Philippe Parrot

241 - Place des Etats-Unis année 1960

Place des États-Unis à Château-Thierry dans les années 1960

*      *      *      *

Poème 243 : Hélène au carré

.

Chaque matin, de ma fenêtre, le nez collé à la vitre et le cœur serré,

J’attends qu’elle passe sur le trottoir, au pied de notre maison, prêt

À l’appeler d’un petit nom. Elle se rend au lycée avec ses copines et

Discute et s’esclaffe sans supposer un instant qu’amoureux, elle est

Cette fille de rêves qui habite mes nuits de lycéen, assailli de désirs

Dévorants, au chaud, dans le fond de mon lit. Faute d’oser lui dire,

J’emprunterai, à mon tour, ce chemin obligé, la suivant à distance,

Avec mon sac et mes espoirs vains. Élève en manque de confiance,

Timide et boutonneux, à l’observer à une dizaine de mètres de moi,

Je m’imaginerai la rejoindre pour la prendre par l’épaule avec joie

Et lui déclarer enfin combien ses yeux rieurs et son petit nez pincé,

Ses cheveux auburn et leurs mèches rebelles ont réellement évincé

Tout autre amour possible… Mignonne et désirable, dans sa tenue

D’été, elle longera la Place où, tant de jeudis, j’ai joué sans retenue,

Avec Yves, le seul et grand ami de mon enfance, avant de dépasser

La terrasse du Café du Commerce grouillante d’habitués, si pressée

De s’engager sur le Pont de la Marne. Ainsi, parcours mémorables,

Rejoindrons-nous nos classes respectives et nos profs infatigables,

Au sein du vieil établissement, nommé : « Jean de la Fontaine »…

Quelques années plus tard, étudiant à Paris, logé en bord de Seine,

Avant qu’elle ne disparaisse au-dessus de la Manche, dans le crash

D’un avion, nous nous retrouvâmes sous le scintillement de flashs,

Lors d’une fête, tout à fait par hasard… C’est alors qu’elle m’avoua

Dans l’abandon d’un slow qu’au bahut, à mes regards bien des fois,

Elle avait toujours pressenti qu’elle était mon béguin… Et, enlacés

L’un à l’autre, au nom sans doute du Passé, elle m’avait embrassé !

.

fichier pdfP 243 – Hélène au carré

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le vendredi 3 février 2017

Et terminé le samedi 4 février 2017.

Ce poème est dédié à Hélène T…, décédée en 1970.

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Ce texte est à mettre en parallèle avec un autre : Poème n°71 : Premier amour

Outre ce poème inscrit dans un carré, découvrez ci-dessous deux textes insérés dans un cercle et un triangle parfaits :

Poème n°7 : Bulle magique

Poème n°222 : A vau-l’eau de vies

 *      *      *      *

Retour à la page d’accueil

*      *      *      *

 I need you

*      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Théâtre du Moment | Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | apprentie