Dans son livre « Histoire de la folie à l’âge classique », Michel Foucault analyse la fonction du « Fou » dans notre monde occidental. Il montre ainsi qu’après avoir été respecté et parfaitement intégré dans la société sous prétexte qu’il était le seul détenteur d’une vérité que l’homme sensé ne pouvait entrevoir — au Moyen-Âge parfois nommé, à ce titre, conseiller du roi —, avec l’avènement d’une bourgeoisie industrieuse soucieuse d’Ordre et de Morale au nom du sacro-saint Travail, à partir du 18ème siècle, avec le développement des lieux d’enfermement, notamment les hôpitaux psychiatriques, les fous sont tous parqués, considérés dès lors comme des éléments asociaux dérangeants, voire dangereux, susceptibles par leurs propos de remettre en cause l’ordre établi…

Au vu de cette brillante démonstration, se pourrait-il donc qu’il y ait dans la parole du « Fou » matière à réflexions, en quête de la signification et de la profondeur du non-dit caché derrière l’apparente incohérence du dit ?

Philippe Parrot

245 - Vous, ma folie douce

*      *      *      *

Poème 245 : Vous, ma folie douce

 .

Dans la rue, noire de termites,

Dévoreuses des poutres et des

Charpentes de gris immeubles

 .

Où vivent d’acariâtres ermites,

Il y a un sorcier, joueur de dés,

Les pieds dans la terre meuble.

 .

Malgré une pluie battante, aux

Gouttes argentées sous les rais

De la lune, descend du podium

 .

Des brumes, à la pâlotte peau,

Une chimère venue des marais

De mon fol esprit sous valium.

*      *      *      *

Telle un ange tutélaire, glaçant,

Elle rayonne avec son frais teint

De rosée du matin, belle et nue,

.

Ayant dans ses bras d’indécents

Trésors… Ce sont en fait maints

Noirs liens, gardiens des Nues,

 .

Que des soleils autrefois ont pris

Sous leurs ailes… Sinistre oiseau,

Un corbeau enfonce dans sa chair

 .

Son bec à la pointe acérée. Épris

De cette créature sans oripeaux,

Il arrache son cœur en jachère…

*      *      *      *

Par-delà les émois de ces visions,

Par-delà les délires de ces songes,

Par-delà les errances de ces rêves,

 .

Heureusement, pleine d’émotions,

Il y a Vous, fuyant ces mensonges,

Toute à aimer et à jouir sans trêve.

 .

fichier pdfP 245 – Vous, ma folie douce

Poème écrit par Philippe Parrot

Le samedi 11 février 2017

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Théâtre du Moment | Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | apprentie